articles.png
itinéraire_moto.png
photos.png

Nos bons plans en Indonésie

                                         (6 semaines)

Visa et extension (site de l'ambassade)

En bref, dans tous les cas, il vous faudra un billet de retour ou de continuation et passeport valable encore 6 mois après la date prévue du retour, et comportant au moins une page vierge.

Pour moins de 30 jours, pas besoin de visa.

Au delà (60 jours max), il y a deux possibilités :
 

  • A l'arrivée, visa + 15 jours après, extension : si, comme nous, vous passez par l'Indonésie lors d'un long trip en Asie, ce sera probablement votre choix (en effet on ne peut pas faire la demande de visa à Paris plus de 90 jours en avance).

    A votre aéroport d'arrivée (guichet avant le passage à l’immigration), il vous en coûtera 35 euros.

    Ensuite, dans les deux dernières semaine de validité de votre visa,  il faudra, pendant votre périple, trouver un bureau d'immigration (cantor immigrasi). Il y en a un peu partout (nous sommes allé à celui de Palopo, à 2h30 de scooter de Rantepao en Sulawesi). 
    Cela peut être assez contraignant, et demande de rester au moins 5/6 jours à proximité. Il faudra en effet :

  1. Vous rendre, dans les deux dernières semaines de validité de votre visa, au bureau d'immigration (cantor immigrasi) avec  votre passeport et votre billet de sortie du territoire. Puis prendre un rdv.
     

  2. Revenir (3 ou 4 jours après) pour payer autour de 400 000 roupies, être pris en photos, et faire enregistrer vos empreintes digitales.
     

  3. Revenir, encore, quelques jours après, pour récupérer votre passeport.

Ou, comme nous, avoir beaucoup de chance! Le bureau de Palopo, ne voyant pas beaucoup de touristes, et la personne en charge étant très sympa (et surprise de nous voir arrivés de Rantepao en scooter, et complètement trempés) , tout a été réglé en quelques heures! En incluant la pause déjeuner au warung préféré des fonctionnaires du bureau! 
Nous étions ravis car même si la ballade est magnifique, nous avions été bien éreintés pas les 2H30 de scooter à travers les routes sinueuses, sous l'averse, dépassant ou dépassés par les camionnettes qui nous projetaient de l'eau sur la visière...

Si à tout hasard, vous vous rendez à ce bureau, vous avez plus d'infos (pour vous y rentre en bus...) dans les commentaires en bas de cette page (merci Flo et Kiril).

  • Avant le départ : cela vous reviendra 55 euros et vous permettra d'avoir l'esprit léger et d'éviter les procédures décrites ci-dessus. 
    En revanche, cela se passe à l'ambassade : 47 Rue Cortambert, 75116 Paris. Néanmoins, la demande peut être déposée par une tierce personne. Pour des infos actualisées, la liste des pièces, etc, voici le site de l'ambassade!


 

 
SE DÉPLACER

 

  •  Le scooter : vraiment notre moyen de transport préféré en Indonésie, de Kuta (Bali) à Rantepao (Sulawesi), c'est peu onéreux et tellement pratique. Comptez entre 60 000 et 80 000 RP pour une journée.
    Demandez à faire un petit tour avant d'accepter la location, notamment pour vérifier les freins et l'éclairage. Et regarder le niveau d'essence avant de vous lancer dans votre périple évitera les faux départs (en ouvrant le capot, car en général les tableaux de bord ne fonctionnent plus). En revanche, n'espérez pas trop un joli contrat, le plus simple est de louer en passant par votre hébergeur.

  • Le taxi : peu onéreux et très pratique, nous vous conseillons lorsque c'est possible de demander à votre hébergeur d'appeler un taxi blue bird. A Kuta, ou dans les lieux très touristiques, vous pouvez demander à votre hébergeur de vous appeler un chauffeur privé, mais bon blue bird c'est très bien. Faîtes attention beaucoup de taxis imitent cette marque, mais pas le professionnalisme.
    Même si vous disposez d'une carte sim local, nous vous déconseillons UBER, très mal vu en Indonésie, et les chauffeurs tenteront systématiquement de vous soutirer plus.
    Pour les voyageurs solo disposant d'une carte sim local, Go-Jek, l'application taxi-moto, fonctionne bien.

  • L'aéroport de Kuta : les sollicitations des taxis peuvent être stressantes. A peine débarqués de l'avion, nous nous sommes sentis un peu bousculés par les appels incessants des taxis, malgré nos refus polis. Ils annoncent des tarifs ridicules et sont extrêmement insistants. Nous nous sommes faits traités de radins, parce que nous nous rendions à pied à notre hôtel (il fallait 5 à 10 minutes à pieds). Donc, essayez d'organiser le transport avec votre hébergeur, votre arrivée sera plus sereine.

  •  Pour le reste, on verra par lieu, car l'Indonésie (et encore, nous n'en avons vu qu'un fragment) est multiple! Alors parfois, bateau, bus de nuit, taxi... Ça dépend!

Vous pouvez jeter un œil à notre itinéraire ici (puis Timeline).

Visiter

  • Guides. Sur de nombreux lieux touristiques, des guides viendront offrir leur service... Nous avons eu un super guide au temple de Pura Agung Besakih, en revanche au temple d'Uluh Batu, fort de notre première bonne expérience, nous avons accepté les services d'un "guide", qui en fait pensait être une perche à selfie. Il ne proposait que de nous prendre en photos et ses explications se limitaient à ici vous voyez bien la mer, ne donnez pas à manger au singe, il faut prendre à droite, ceci est un étui à lunettes... Son anglais était tout à fait approximatif.
    Bref, prenez le temps de discuter un peu, poser quelques questions avant d'engager un guide.

  • Sarong. Si vous ne voulez pas passer votre temps à louer des sarong et parfois à des prix exorbitants (une location de 1 à 15 euros, alors que vous pouvez en acheter deux pour ce prix là), il est conseillé d'apporter avec vous un paréo ou d'acheter un sarong sur place. Ce qui nous amène à la suite.

  • Marchander. A part dans les centres commerciaux de Kuta, vous serez amenés à marchander presque partout. Cela peut être amusant mais aussi parfois lassant.
    Petits conseils pour bien vivre cela: 
    1) Faîtes parfois la conversion des prix en euros, vous vous rendrez compte que cela ne vaut pas le coup de se gâcher la balade au marché pour 50 centimes. 
    2) Renseignez vous d'abord sur les prix en discutant avec des locaux, votre hébergeur par exemple, ou dans un guide, ou en demandant dans quelques boutiques (sans intention d'achat), cela évitera de commencer un négociation où le prix normal a été multiplié par 40.

 
 
Manger

Riz dans des feuilles de bananes pliées en pyramide.  Oui il aurait été plus simple de mettre le nom mais impossible de s'en souvenir (si vous savez, laissez un commentaire svp). Vous en trouverez souvent le matin, c'est très simple, très bon! Si vous craignez le piment, demandez avant d'acheter. On achetait sans trop demander comme ça on avait la surprise, parfois du poulet, du poisson ou juste des légumes pour agrémenter le riz. Un ptit déj de champion!

Comme toujours, on a préféré les bouibouis pleins de locaux. Rien ne garantit mieux la fraîcheur des produits que les marchands uniquement présents le temps de vendre leur préparation du jour.

Pour nos coups de cœur, voir la suite "par lieu".

 
Par LIEUX
 
Nusa Penida et Nusa Lembongan (6 jours)
 
  • Se logerà Nusa Penida, Gèpah Garden Cottage. L'équipe est vraiment gentille (ce qui a compensé le manque d'organisation du propriétaire qui a oublié de venir nous chercher au port) et le bungalow est très beau. Pas loin (prendre à droite en sortant du cottage, à moins de 5 minutes de scooter) un restaurant avec des tables perchée sur la falaise! 
En voir plus
A Nusa Lebongan, nous avons séjourné dans un homestay très agréable, géré par un couple très sympathique : 
D'Waktu in House.
  • Se déplacer :
    - Depuis Kuta, ce qui nous avait paru le plus simple était de prendre taxi jusqu'à Sanur, puis le bateau  jusqu'au petit port au nord de Nusa Penida (300 000 RP par personne). 
    - Sur les îles, le plus simple est de demander à votre logeur de vous vous louer un scooter (60000 à 80000 RP) la journée. Si vous n'êtes pas à l'aise, vous pouvez demander un chauffeur/guide qui vous conduira partout. Dans tous les cas : difficile de ne pas être en scooter. 
    - Nous étions assez content d'avoir une application de géolocalisation hors connexion, nous permettant de repérer les lieux d'intérêts à l'avance, puis de nous localiser approximativement ensuite.  

  • Visiterla plage de Crystal Bay  est vraiment un endroit charmant et paradisiaque; néanmoins, ce qui nous marquera le plus  à Nusa Penida, ce sont les falaises, la nature insoumise, les côtes rocheuses, l'aspect brut des paysages... Et le peu de touristes!
    Beaucoup de lieux d'intérêts contiennent le mot beach mais il s'agit plutôt d'un point de vue élevé sur la mer, des falaises...
    Il faut s'y préparer dans des endroits les plus improbables, vous trouverez parfois quelqu'un pour vous faire payer un "parking" ou "un accès" à un point de vue... C'est ainsi. Par exemple pour aller Atuh beach, coincé entre deux falaises, d'un côté nous n'avons rencontré personne et avions l'impression d'être seul au monde, de l'autre, un type semblait nous attendre, comme le destin, pour nous faire payer l'accès à un escalier.
  • Nager avec les raies Mantamalheureusement, nous n'avons pas de moment vraiment magique à vous raconter. Pas de "bon plan" ici! Pourtant, nous avons tout fait pour éviter l'affluence des touristes! Nous avons organisé l'excursion à Manta point avec des locaux installés dans un petit cabanon à Crystal Bay. Nous avons fixé le rendez-vous tôt pour arriver avant les hordes de touristes qui viennent depuis Bali et Nusa Lembongan... Le matin de l'excursion, nous sommes peu confiants en observant la mer mais l'organisateur nous rassure. Nous embarquons alors sur un petit bateau traditionnel de pêcheurs, les vagues nous semblent bien trop grandes, le visage du pêcheur bien trop inquiet mais nous arrivons bien jusqu'à Manta point. Et faisons immédiatement demi-tour, bien d'accord avec notre skeeper qui mime avec ses mains de grandes vagues... 
    Nous paierons, à notre demande, 150 000 au lieu des 250 000 prévu, avec un léger sentiment de frustration et d'avoir été pris pour des idiots. 
    Nous retentons le coup depuis Nusa Lebomgan. Nous partons tôt, avec une petite entreprise de locaux, qui malgré les promesses, ne nous emmènera pas jusqu'à Manta point, mais à un lieu d'observation beaucoup moins éloigné. Nous arrivons tôt, mais notre capitaine tourne et ne semble pas savoir où nous proposer une mise à l'eau. Le temps passe et les hordes de touristes arrivent! Nous voyons un groupe se mettre à l'eau dans une grande effervescence, tous les bateaux convergent, et nous voilà à poursuivre une raie manta! Hoo, oui, la bête est magnifique, mais l'observer entre deux coups de palmes, et avec une perche de go de pro devant le masque... Ehhh ça casse un peu la magie! 
    Mais vous aurez sûrement plus de chance! Nous avons entendu des récits fantastiques de touristes qui avaient organisé, comme nous (enfin mieux), une excursion depuis Nusa Penida.

  • Manger : Warung Jungle (Nusa Penida) : le trouver fait partie du plaisir! (Un ptit coup de main avec la localisation ici).  Nous y sommes allés la première fois de nuit... Petite aventure : on quitte la "grande route" en découvrant, tout heureux, un panneau en bois indiquant le restaurant!
    Nous empruntons un petit chemin de terre, , éclairés seulement par le phare fatigué de notre scooter. La végétation dense rend l'obscurité très vivante... Nous suivons les flèches, dans la nuit,  pas très sûr de nous, en équilibre sur un chemin bien étroit... Ne sachant pas trop le sort que nous réserverait un écart, nous décidons de garer le scooter près d'un arbre.
    Nous distinguons une faible lumière, et nous laissons guider pour arriver dans un charmant rustique restaurant. 
    Tout nous rend heureux : le couple de restaurateur est chaleureux, les smoothies de fruits frais délicieux! Nous prenons plaisir à observer notre hôte préparer les braises exclusivement avec la coir (fibre extérieure) de noix de coco. 
    Les légumes sautés sont délicieux, la sauce citrons verts, échalote, huile de coco est un plaisir pour le nez et les papilles. Les poissons, crevettes, calamars sont généreusement assaisonnés au pinceau... C'est délicieux. En dessert, fruits frais. Nous sommes ravis.
    Le lendemain à midi, nous sommes de retour! 

Un coup d’œil aux photos!

Gili-Trawangan (3 jours)
En résumé : parfait pour faire la fête entre amis, pour plus de calme préférez Gili Meno. Gili Air est une sorte de synthèse. Mais si vous voulez de la nature et du calme, préférez surtout allez ailleurs (Nusa Penida, par exemple).
(voir l'article). Pas vraiment de bon plan ici; pour les infos pour les transports, voir l'itinéraire.
 

Un coup d’œil aux photos!

 
 Sulawesi (14 jours)
Notre séjour est partagé en deux. D'une part, le pays Toraja, à la découverte de la culture de ce peuple, nous logions à Rantepao, et d'autre part à Tumbak pour vivre sur l'eau, dans nos cabanes, comme des Robinsons!
La Sulawesi réserve bien d'autres merveilles (Bunakan pour la plongée, Iles Togian pour les plages et le snorkeling...) mais il a fallu choisir!
Rantepao en pays Toraja
 
C'est avec la parents d'Anne-Tiphaine (Philippe et Raphaëlle), répartis sur deux scooters, que nous avons exploré le pays Toraja depuis la ville de Rantepao.
Nous avons commencé à découvrir l'Indonésie, comme beaucoup, par la région autour de Bali. Et bien ici, nous découvrons une autre Indonésie!  
Bien sûr il y a des touristes, mais rien à voir avec Bali. Il suffit de se balader 15 minutes à scooter pour se laisser pénétrer par le mysticisme de cette nature luxuriante, et édifices sacrés, souvent liés à des rites funéraires... On se laisse vraiment transporter pas les ambiances, les atmosphères, les histoires, la culture et l’architecture si singulières. 
A une occasion, nous nous sommes retrouvés avec un peu plus de de touristes, sur le site de Kete Kesu, lorsqu'un bus les a déposés, mais très souvent nous pouvons nous balader quasiment seuls sur les sites à découvrir (qui ne sont pas tous desservis par les bus).. 
Se renseigner pas soi-même, discuter avec des habitants, se renseigner sur la culture locale est indispensable pour profiter de ce voyage (et/ou prendre un guide si votre budget n'est pas trop serré). 
 
  • Se déplacerpour s'y rendre et repartir : voir l'itinéraire. Sur place, nous vous conseillons le deux roues! Prévoyez des habits de pluie pour ne pas finir tremper.​ (Comme lors de notre périple à Palopo, photos ci-dessous, pour l'extension de visa).

  • Visiter : avec une carte et une application de géolocalisation, en interrogeant les habitants, on trouve assez facilement les points d'intérêt en deux roues. En revanche, concernant les cérémonies funéraires, nous étions bien contents d'organiser cela avec notre hôte airbnb.
    Nous avons également passé une journée avec un guide (nous avons payé 100 000 rp par jour et par personne).  Cela nous a permis d'être "invités" à une autre cérémonie funéraire.
    A savoir, si vous assistez à une cérémonie, il est d'usage d'offrir des présents à la famille du défunt (sucre, café, cigarettes...).
    Attention, en fonction de ce que vous voulez voir, ou ne pas voir (sacrifice, présentation des corps...), choisissez bien le jour où vous assisterez à la cérémonie qui se déroule sur plusieurs jours. Vous aurez plus de chances d'assister à une cérémonie impressionnante au mois de juillet. (plus d'infos ci-dessous)
     
    Notre site coup de coeur : Londa. Pour ce qui n'est pas nécessairement indiqué sur les cartes : enfoncez-vous vers Batutumonga et au delà dans les hauteurs, les vues sont magnifiques, on se sent vraiment complètement perdu dans un autre monde! (ah et faîtes bien le plein avant! ).


    Pour le p'tit article et plus d'infos, notamment sur les rites funéraires, c'est ici! 

  • Se loger nous avons logé avec bonheur à l'hôtel Pia's poppies (chambres agréables, joli jardin, super service, 200.000 RP la nuit). En face, l'hôtel concurrent propose un très bon café.
    Nous avons également logé chez l'habitant, rustique mais très agréable, et l'organisation pour participer à une cérémonie s'y fait plus humainement et sereinement.
En voir plus

  • Manger Il est intéressant de goûter au plat typique : Pa'Piong. Viande de porc (ou buffle) hachée avec de l'oignon , de l'ail, du sel, gingembre et citronnelle, le tout cuit dans un bambou sur les braises!

Un coup d’œil aux photos!

Tumbak en Sulawesi
 Petit paradis sur terre, ou plutôt sur terre et dans l'eau! Les fonds marins sont riches et magnifiques. Et notre           logement dans un endroit exceptionnel.
  • Se déplacer pour s'y rendre et repartir : voir l'itinéraire. Sur place : palmes et tuba!
  • Se loger : nous avons logé à Tumbak Island Cottage, dans des cabanons sur pilotis, au beau milieu de la mer, accolés à un îlot de mangrove!
  • Visiter : nous nous laissons guider par Yohan, notre hôte, pour découvrir les environs en bateau, et par nos palmes pour découvrir des fonds marins magnifiques. Notre hôte crée son petit jardin sous-marin juste aux pieds de nos chambres, un petit village de poissons clown, et les murènes viennent se régaler de nos restes le soir tombé.
    Le vent a fait claquer les volets, et le réveil au milieu de la nuit aurait pu être désagréable, mais grâce à cela nous avons pu nous émerveiller de voir la mer briller dans la nuit, la bioluminescence du  plancton se faisant ici mystérieuse poésie. Difficile d'aller se recoucher en sachant que le spectacle se poursuit sans nous...

Un coup d’œil aux photos!

 
Lombok ou plutôt Rinjani (4 jours)
  • Se déplacer pour s'y rendre et repartir : voir l'itinéraire.
    Notre hébergeur est venu nous chercher à l'aéroport pour nous amener au homestay proche de l'entrée du parc national du Rinjani. 550.000 RP, 3h de voitures incluant des pauses au coucher du soleil pour la fin du jeun (nous y étions pendant le ramadan). Il nous raccompagnera au port (inclu dans le prix pour l'ascension du Rinjani).
  • Se logernous avons passé une nuit à Rinjani Family Homestay
  • Visiter : lire l'article.

Un coup d’œil aux photos!