Gili, Gili!

(Précision linguistique : gili signifie île en bahasa indonesia, on entend néanmoins souvent par les Gili le triplet Trawangan, Air et Meno au nord ouest de Lombok. Ces précisions étant faîtes, nous commençons le récit, après nos aventures sur Nusa Penida et Nusa Lebomban).

 

Au port de Nusa Lembongan, nous attendons le bateau, qui nous mènera à Gili Trawangan.

Un prof d'anglais et sa classe attendent les touristes, les lycéens jouent les interviewers, enfin les moins timides. Beaucoup nous tendent le questionnaire et à nous de répondre!

Cela réveille la fibre de pédagogue de Bruno qui veut les amener à faire l'exercice de manière plus autonome... Autrement dit, les gamins se demandent qui est ce relou, qui ne peut pas remplir la feuille, comme tout le monde, et la rendre tranquillement.

 

Heureusement pour eux le bâteau pour Gili Trawangan finit par arriver. On monte d'abord dans une embarcation à fond plat pour rejoindre le bateau qui fera le voyage. Nos sacs à dos passent d'un bateau à l'autre, sont attachés sur le toit, et nous prions, car ils sont un peu notre maison!

Mais finalement, un trajet sans encombre, une mer clémente et après environ deux heures, nous sautons sur la plage de Gili Trawagan. WHOOOO, après la tranquillité sur les Nusa, nous comprenons vite que nous venons de changer de monde. Il y a foule sur la petite route de bord de mer, un bruit de sonnette, il faut réagir vite, le petit cheval et sa carriole ne ralentissent pas en nous frôlant!

En effet ces petites charrettes à touristes sont légions, les véhicules à essence étant interdits. Mais ne croyez pas que le piéton est roi, les cochers font la loi!

Ah, on nous tape sur l'épaule... Manon et Adam nous ont trouvés dans le flot de touristes! Que c'est bon de revoir notre coloc préféré après 3 mois!

 

 A partir de là... On débranche le mode explorateur pour celui "farniente et fiesta". Et c'est pas mal non plus!

Le soir on va sur le marché de nuit, cela nous rappelle le "No name barbecue de Phu Quoc" avec un peu plus de touristes à tables.

Mais l'ambiance est très sympa, on choisit son poisson et hop au barbeuk! Il y a aussi la possibilité de composer son assiette avec toutes sortes de mets locaux, c'est cool!

 

On va boire un verre avant d'en boire un autre, Anne-Tiphaine et Adam prennent une leçon de beerpong face à Manon et Bruno. On suit la musique pour trouver le lieu où tout le monde se rencontre! On danse sous les étoiles, sur les tabourets, on parle en anglais avec des français, en français avec des anglais, on boit du rhum local délici... pas cher, on danse encore, on déambule dans les rues, Adam escalade des murets (car il ne sait pas ouvrir des portes ouvertes), tente de s'écraser au fond d'un puits, et on se réveille à la guesthouse.

 

 

Cette première soirée annonce de jolies vacances!! Et le reste de la troupe nous rejoint aujourd'hui!

 

On a rendez-vous avec notre hôte anglais qui nous loue sa maison dans un bar à l'ambiance reggae. 

Il est ponctuel et très sympathique, et nous explique la géographie de l'île tandis que nous marchons vers la villa. Pour les retrouvailles, on a choisi de se faire plaisir avec le logement, et nous ne sommes pas déçus! Nous n'en demandions pas tant, c'est magnifique, c'est spacieux, des grands lits, terrasse, barbecue, gardiens, piscine avec un gigantesque canapé extérieur... Bon on envoie tout de suite un message aux copains (qui galèrent dans les transports, mais nous ne le savons pas encore), pour leur dire .... Que c'est un peu décevant, la piscine est en travaux, c'est petit, ça sent l'humidité, nous sommes loin du centre et le pire... pas de barbecue!

Nous avons hâtes de voir leur tête d'ail!

 

On va prendre un verre au port. Quelle sensation, quel bonheur, on se sent vivant : sur une île, au bout du monde, après une nuit de fête, siroter un verre, qui sent le citron vert, et la coco, attendre un bateau, des amis, qui vont sauter les pied dans l'eau, se revoir après des mois, les pieds dans le sable. Ça fait plaisir.

 

Nous les loupons, et c'est finalement eux qui nous attendent en sirotant une bière en regardant l'océan. Que c'est étrange, autant de visages familiers et amicaux, après des mois de voyage, on a un peu l'impression d'un voyage dans un voyage, comme si on avait fait un ptit saut à la maison... Presque.

 

Notre blagounette fonctionne plus ou moins mais tout le monde est ravi de découvrir la maison qui sera la nôtre pendant quelques jours ici!

 

 

Nous allons faire les courses pour le soir ; trouver le marché local n'est pas évident, on nous envoie vers les magasin à touristes, mais nous trouvons! Nous négocions notre poisson, quelques légumes frais : ça ne coûte pas plus cher de bien manger ;-) !

 

S'ensuit des nuits de fêtes, de danses dans l'air marin, de couchers de soleil en dînant sur la plage, d'apéros dans la piscine... Sortie bateau pour observer les tortues marines. Bon, les fonds marins ne valent pas trop le coup dans le coin (trop de pêche à l'explosif dans le passé), mais c'est toujours sympa d'observer le vol gracieux des tortues. Et elles ont toujours l'air sympa, comme celle de Kame Senin, un peu endormi mais cool.

 

On se balade en vélo sur l'île, on trouve un peu de calme et d'authenticité dans le nord, Marc Ch. fait de belles rencontres pendant une balade matinale, un maraîcher le prend dans sa charrette pour une balade, juste pour le plaisir!

 

 

Le soir, on profite de notre barbecue sur la terrasse pour faire griller des poissons ! Puis les jeunes sortent en boite, avec une petite halte dans un beerpong-bar en chemin. Là, Marc Ch. et Adam observent les gestes précis de Marc W, ils s'émerveillent de la grâce éthérée des lancés de Bruno. Cette leçon de sport, de vie, restera gravée dans leurs cœurs et leurs esprits.

C'est aussi une leçon d'hygiène, les balles tombent au sol, elles sont rapidement rincées dans un bol, puis atterrissent dans les verres que nous buvons ensuite... Ce n'est qu'en partant que nous remarquons que certains groupes ne boivent pas dans les verres avec lesquels ils jouent, et utilisent à la place des verres d'eau... Malin!

 

Vient enfin la fête! Rebelote : danse, étoiles, tabourets, rhum, et nous voilà perdus dans les ruelles et chemins. Marc Ch, Marc W, et Bruno errent sur l'île, pas de GPS, pas de mémoire... Nous croisons des marseillaises, sympas mais ça ne nous aide pas. Nous interrogeons toutes les personnes que nous croisons (heureusement nous avons le nom de l'hôtel proche de notre villa). Entre temps nous avons réussi à joindre Nini à la maison... l'informant que nous allons peut-être dormir à la belle étoile...

 

Enfin arrive de nul part notre sauveur, un jeune à vélo, notre héros, nous fait signe de le suivre :  soulagement en apercevant notre ruelle!

 

Ah c'est maintenant Adam qui n'est pas rentré. Il est parti nous chercher à vélo... Il a chu. Il est d'assez mauvais poil en rentrant. Il est possible que notre communication n'ait pas été pas limpide. On en rira demain!

 

Il faut bien partir, mais c'est le cœur léger car l'aventure continue! Prochain objectif le sommet du volcan Batur!

 

Bref les Gilis avec les potes c'était chouette!! Certes, c'est beaucoup de monde, mais en mai apparemment ça va encore;  dès juin, le flot de touristes est impressionnant, des australiens notamment. En tout cas, nous avons passé un séjour très agréable. C'est parfait pour faire la fête entre amis.

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload