D'une île à l'autre en un saut de lapin

06/04/2017

Cambodge / Kep, Kampot & Koh Tonsay / mars 2017

Japon / Shikoku / Okunoshima / avril 2017

 

Petit retour au Cambodge, à Kep plus exactement. Avant le lapin, les crabes! L'effervescence du petit marché collé à la mer est entraînante, même si nous ne sommes pas les seuls touristes, le marché est authentique. Pouvoir acheter ses crabes, tout juste pêchés, auprès des pêcheurs puis les faire préparer au "coin cuisine" du marché nous plaît bien! Mais nous nous décidons d'abord pour les grillades de fruits de mer! Que de fumée dans ce marché!
 

 

 

 

Nous remettons les crabes à plus tard et finalement il faudra attendre que Vanda, notre ami franco-cambodgien, nous amène dans le meilleur restaurant de Kampot pour goûter ces fameux crabes de Kep au poivre vert de Kampot! Quel régal! Merci Vanda!
 

Une petite randonnée dans le parc national de Kep au petit matin, une ballade dans la vieille ville coloniale, se délacer de la douceur du soir un smoothie à la main (notre pécher mignon en Asie du sud-est) sur les nattes posées sur les grands trottoirs coloniaux, et nous avons le sentiment d'avoir bien profité de Kep.  
 

 Mais un gentil couple d'Allemands nous a parlé d'une petite île au large de Kep, coupé de tout (notamment de l'électricité jusqu'à 18h et du wifi), Koh Tonsay, l'île du lapin, surnom du à sa forme... Hum, du farniente, bungalow sur la plage, héééé, on peut bien poser la moto et nos gros sacs pour deux jours!

Tuc-tuc, bâteau et nous voilà dans dans un hamac au bord de l'eau! Mais avant de se poser vraiment nous décidons de faire le tour de l'île... Mauvaise idée! Nous avions été déposés au plus bel endroit, le plus simple était d'y rester! Néanmoins, cette petite rando nous convainc que parfois il faut savoir ne rien faire, et nous décidons de nous appliquer à cela!

Nous bouquinons, profitons de l'eau limpide, bien sûr smoothies, poissons et fruits de mer grillés... Et oui des petits cocktails les pieds dans l'eau!
 

Le soir, le plancton parade, et il suffit de remuer un peu l'eau pour la voir s'illuminer... On fait joujou, on s'émerveille!

Mais revenons à nos lapins. En faisant quelques recherches sur l'île DU lapin, nous découvrons par erreur l'île DES lapins! Une île de la mer intérieure du Japon.  D'abord, pendant la guerre sino-japonaise, cette île était un avant-poste fortifié  (et finalement inutilisé), elle a ensuite été choisie par le gouvernement japonais pour produire des armes chimiques...  

Une fois arrivés au Japon, en parcourant le Shimanami Kaido (prochain article), nous nous sommes souvenus de cette histoire... Et bien cette fameuse île des lapins (Okunoshima) est à 15 minutes de bateau de l'île où nous avions décidé de faire une halte! Trop heureux de ce coup de chance, nous décidons de passer une nuit supplémentaire pour aller découvrir cette curiosité.
 

Nous avons alors eu la chance de pouvoir nous entretenir avec les enfants de rescapés. Mais une personnalité a vite attiré notre attention, un individu qui, de plus, s'exprimait dans un français impeccable. Anne-Tiphaine s'est donc installé confortablement pour s'entretenir avec  Boulbi qui nous a conté son histoire et beaucoup plus!
 

 

Voici Boulbi :



Laissons donc la parole à Boulbi :

" Je n'ai pas connu mon père ou peut-être. Ma mère n'est elle-même pas bien sûr. Il faut dire que chez nous les mœurs sont assez libérées. Néanmoins, j'ai connu ma grand-mère qui elle même avait connu sa grand mère... Notre tradition écrite est assez limitée, quelques coups de pattes dans le sol pour découvrir une racine ne peuvent pas être considérés comme un début d'écriture, j'en ai bien conscience, il n'est pas nécessaire de m'infliger votre condescendance humaine! Ohh pardon, mais je rencontre parfois des individus de votre espèce... Enfin laissons cela. Donc cette histoire se transmet oralement depuis des générations.

Ma mamé m'a raconté que pour nos ancêtres la vie était limitée à une cage sans lumière, et les distractions à des expérimentations de gaz. Quand ils n'avaient pas la chance de mourir rapidement dans d'atroces souffrances, la peau était brûlée, les muqueuses rongées... Une horreur.

Les ouvriers humains qui manipulaient ces produits étaient parfois victimes également, leur tenue de protection étant assez rudimentaire...

 

Mon aïeule a donc assisté à ces tests et vu beaucoup de ses amis disparaître... Bizarrement pour les humains, nous étions des cobayes, allez savoir!

Néanmoins, un jour tout s'est arrêté. Les humains ont fait disparaître leurs machines, brûler des papiers, leurs gaz, tout a disparu.

Mais tout de même un peu de gratitude, ils nous ont libéré. Malheureusement, mon arrière arrière (arrière...) grand-mère n'a pas pu profiter longtemps de cette liberté, mais a tout de même connu l'amour (sinon je ne serais pas là pour vous raconter cette histoire).

Et l'enfer est devenu paradis.


[Ndlr : Nous laissons un peu de temps a Boulbi que l'émotion a contraint à une pause.
Ainsi, la fin de la seconde guerre mondiale a mis fin à cette production et à la pauvre vie de nos amateurs de carottes. Nos amis aux grandes oreilles devinrent ainsi les maîtres d'une île maudite abandonnée des hommes... Et sans prédateur de rongeurs! Connaissant l'intérêt pour la chose de nos sympathiques boules de poils, nous vous laissons imaginer la suite de l'histoire!
 

 
Boulbi qui a repris ses esprits, reprend également son histoire : ]

Comme pour demander pardon, petit à petit, les bateaux ont commencé à venir, déposant des donateurs, des touristes comme vous les appelez. Ils viennent nous offrir carottes, choux, salades, et granulés croquants et ne demandent qu'un peu d'attention et quelques photos.

Pour nous c'est le paradis sur terre, nous n'avons qu'à jouir de nos vies!
"

(Il nous prévient en aparté que certains de ces congénères développent, peut-être en raison de cette oisiveté, un penchant pour la méchanceté)

 
C'est ainsi qu'il conclut son histoire les yeux brillants, se détournant pour ronger une feuille de choux, probablement maintenant perdu dans ses souvenirs.

Quant à nous, et bien on a bien fait joujou avec les lapins!!!
 

 

 

Allez une dose de lapins en bonus, c'est cadeau!
 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload